Kissonkoncéjan n°15

Publié le par Aigri-man

Kissonkoncéjan n°15

Eh ouais, le dernier Kissonkoncéjan date de juillet dernier. N'allez pas croire pour autant qu'ils (les gens) ont arrêté d'être cons, d'ailleurs la preuve...

Le lieu

N'importe où, et c'est ça qui est pratique.

La situation

Discussion au débotté entre au moins deux personnes (sinon c'est pas vraiment une discussion, c'est un soliloque - ce mot vaut 15 points Bernard Pivot si vous arrivez à le caser dans une conversation, soit bien plus que "monologue" qui lui n'en vaut que 3), dont vous (vous pouvez maintenant relire le début de la phrase vu qu'à cause de la parenthèse précédente vous avez oublié à quoi il est fait référence).

"Ah ce type, là, on dirait vachement le mec dans la série, là, tu vois?

- Euh non pas trop...

- Mais siiii, tu sais celui qui joue le flic...

- Bah non je sais pas.

- Mais siiii, tu sais bien, le gars qui a des cheveux!"

Réactions appropriées (au choix)

1. Le désintérêt total

De toute évidence votre interlocuteur n'attend qu'une chose : que vous lui donniez raison, ce que vous n'allez bien évidemment pas faire, faut pas déconner. Contentez-vous d'un simple "Hm-hm" qui n'engage à rien puis feignez d'être absorbé par la contemplation d'un truc banal à souhait dans votre environnement proche (genre un poil sur votre bras, un truc imaginaire dans le ciel ou la liste des sponsors sur une affiche publicitaire).

Dans le cas d'une insistance persistante, vous pourrez vous fendre d'un laconique "Je m'en fous", puis commencer à chantonner une musique qui reste bien dans la tête, comme Le Petit Bonhomme en mousse, le générique de Boumbo ou Schnappi. De rien au fait.

2. La franchise

Parfois il est trop cruel de prolonger le ridicule dans lequel se débat, impuissant, votre interlocuteur. Enfin disons que passées les dix première minutes, c'est chiant. Déployez donc vos talents de diplomate en faisant comprendre calmement mais fermement que cette conversation unilatérale n'a aucun sens. Par exemple :

"Écoute, prenons les choses dans l'ordre. Déjà, si je te dis que je sais pas, c'est que je sais pas, inutile de me soutenir qu'en fait si, je sais. Ensuite c'est pas avec tes indices à la con qui veulent tout et rien dire qu'on va éclaircir la situation. Et enfin je suis sûr que s'il y a bien un type qui ressemble pas à celui auquel tu penses, c'est bien ce gars-là, donc si c'est pour dire de la merde comme ça tu ferais mieux de te remplir la fosse septique qui te sert de bouche avec de la moutarde forte et de te coudre les lèvres avec de la peau de saucisson corse."

Car tout passe mieux quand c'est dit avec diplomatie.

3. La violence

Inspirez un bon coup, joignez vos mains comme si vous vouliez faire une manchette de volley-ball, amenez vos poings aux doigts entrecroisés au niveau de votre oreille droite et dans un mouvement pivotant et délié qui ferait la fierté d'un joueur de golf professionnel smashez un grand coup dans le visage de ce misérable con qui vous fait perdre votre temps avec ses idées d'abruti.

Puis réalisez qu'effectivement, le gars, là, il ressemble vachement au type qui joue un flic avec des cheveux dans la série, là... mais vous arrivez pas à retrouver son nom.

Publié dans Kissonkoncéjan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Ton lien de Schnappi est tout pété.
En revoilà un : https://www.youtube.com/watch?v=AgUwPyIeHTk
Et en cadeau bonus, comme chanson qui reste dans la tête : https://youtu.be/qRC4Vk6kisY
Répondre
T
J'ai bien ri :D
Sympa ton blog !
Répondre