Les trucs "matures"

Publié le par Aigri-man

Les trucs "matures"

Je préfère vous le dire tout de suite, je ne parlerai pas du tout d'une certaine catégorie de pornographie; si vous recherchez l'excitation c'est ailleurs. Ici c'est plutôt traitement au bromure. Maintenant que ça, c'est fait...

Que ce soit dans les jeux (vidéos ou non), les séries ou au cinéma, il est de plus en plus fréquent au milieu d'un argumentaire finement ciselé de tomber au détour d'un hyperlatif sur un truc du genre "ce jeu aborde des thèmes sombres et matures".

Essayons de creuser, un peu pour voir. Comme d'habitude je ne sais pas trop où je vais, j'écris au fur et à mesure, comme ça vient.

Kézako sombre et mature? De la violence!

La violence, c'est bien. Des fois. Surtout quand c'est dans un jeu. Parce que dans la vraie vie c'est rarement cool. Sauf quand il s'agit de smasher la gueule d'un abruti à grands coups de harengs frais, là c'est plutôt rigolo. Ou alors quand votre ordi tombe en rade et que vous le réparez en le cognant avec une batte de base-ball (attention toutefois, les statistiques jouent contre vous). Sinon c'est bof.

Bon à part ça, de la violence, y'en a partout. Que ce soit votre chat qui vous ramène un oiseau pas tout à fait mort pour que vous le regardiez l'achever, vos enfants qui jouent dans la cour à celui-qui-se-fait-attrapper-se fait-manger/tuer/lapider, les nouvelles quotidiennes qui font plus dans le racolage sordide que dans l'information pure, ou ces saloperies de pastèques qui rôdent dans les ombres à l'affût d'un tour pendable à réaliser (à vos dépends), on peut dire que la vie c'est pas le pays des Bisounours.

Donc à quoi bon en parler? Parce que sous couvert de "réalisme" cela veut tout simplement dire "On a mis dans notre produit beaucoup plus de violence que nécessaire, parce qu'on sait bien que votre esprit malsain se repaît d'images malsaines".

Espèce de gros dégueulasse, va.

Kézako sombre et mature? Des nichons!

J'aurais pu mettre ça en premier, tellement c'est ce qui vient immédiatement à l'esprit quand on évoque la maturité. Tout de suite on a l'impression qu'en foutant du fion toutes les cinq minutes ça fait un truc adulte.

Ben justement non. Enfin si, mais plus dans le sens "vieux boulard potache" que "on est des gens évolués".

Franchement il y a un temps pour tout.

Bon, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, hein, une belle nana ou un beau mec à poil, c'est toujours sympa à regarder. Mais quand je joue ou que je regarde un film ou une série, j'aime bien que ce genre de scène ait un intérêt. Autre que celui de faire du remplissage (sans mauvais jeu de mot) ou d'appâter le chaland avec un artifice aussi ancestral que grossier. Or, ces temps-ci, je trouve que c'est rarement le cas. Plus de finesse, plus de fantasmes, juste une débauche brutale de chair nue et anti-érotique soumise à nos regards lubriques de spectateurs blasés.

C'est un peu triste.

Paradoxalement je trouve que plus on montre le sexe et moins c'est mature justement. Je veux dire, bon, on est des adultes, on sait ce que c'est (et pour les non-pratiquants le net est une source intarissable de documentation). Un petit fondu au noir et hop, on comprend ce qui se passe, pas besoin d'un truc explicite avec une petite musique lascive jouée au saxophone, ça c'est pour feu les films du dimanche soir sur la 6 (les connaisseurs me comprendront).

En plus, moi les filles nues ça me déconcentre.

Kézako sombre et mature? Des thèmes forts!

Là c'est le seul facteur qui peut faire qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise. Mais c'est souvent un foirage complet, malheureusement.

Tout d'abord une histoire tourne souvent autour des mêmes articulations : vengeance, rédemption, sauvetage, initiation, spirale destructrice... Certaines se prêtent plus à une qualification d'"adulte"; la lente descends aux enfers d'une junkie séquestrée et victime de violences sexuelles par une bande de dégénérés consanguins est forcément à réserver à un public averti, alors que le récit d'un jeune et idéaliste érudit tentant d'aider une jeune fille à accepter ses différences en lui faisant découvrir le pouvoir de l'amour est tout de suite plus léger (vous aurez bien sûr reconnu respectivement les pitches de Blanche-Neige et l'Exorciste).

Donc ce qui fait la différence, c'est le traitement. Or un mec qui connaît son affaire, il n'a pas besoin d'aller clamer sur tous les toits que son projet est "sombre et mature". Il fait son truc, et voilà.

Bref, encore une connerie de marketteux.

Mais alors du coup c'est bien ou pas?

C'est bien dans le sens où ça donne une indication sur le contenu et la cible. Ça ne rend pas le produit bon ou nul, vu que ce n'est que de la com'. C'est juste une (mauvaise) manière de le présenter.

Dire que quelque chose est sombre, mature ou les deux, c'est lui conférer une aura sulfureuse d'interdit, ou de subversion intellectuelle. C'est lui associer une idée d'inaccessibilité qui fait que les gens vont se précipiter dessus. Or ces termes sont aujourd'hui galvaudés, utilisés à toutes les sauces (un peu comme le geek) et du coup tout le monde s'en fout un peu, finalement.

Et c'est pas bien dans le sens où sous couvert de s'adresser à des adultes on fait en réalité tout le contraire.

D'une manière générale, un produit qui contient sexe et violence explicites, ça s'adresse plutôt aux ados.

Il y a des tonnes d'astuces de mise en scène pour suggérer le sexe ou la violence (ou les deux) sans les montrer. Mais aujourd'hui il semble que la tendance soit à limiter au maximum la stimulation cérébrale du public. On montre tout. On explique tout. Ne rien laisser à l'interprétation ni à l'imagination, malheureux vous n'y pensez pas, les gens sont bien trop cons pour comprendre quoi que ce soit si on ne leur explique pas tout avec des mots et des images simples.

En plus si on les fait réfléchir, ils vont développer une aptitude à penser par eux-mêmes, et ça c'est pas bon pour le business, coco.

Bref, comme pour tout, si vous cherchez du sombre et mature, tournez-vous plutôt vers les productions qui ne s'en vantent pas.

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article