JE SUIS TRÈS CALME

Publié le par Aigri-man

Tiens, il a planté. Voilà qui est cocasse.
Tiens, il a planté. Voilà qui est cocasse.

Il y a quelques semaines, mon fidèle compagnon d'aventures m'a quitté. Mon bon vieux Macbook a rendu l'âme après 7 ans de bons et loyaux services. Allumé quasiment 24h sur 24, 7j/7, utilisé de manière intensive, trimballé sans ménagement dans tous mes déplacements, il est parti de sa belle mort tout en ayant la décence de me laisser le temps de faire une copie de sauvegarde de mes données. Parce c'est comme ça les amis, ça vous laisse pas tomber comme une vieille merde. Au pire ça vous laisse tomber comme une merde d'âge moyen.

Du coup histoire de montrer ma gratitude j'ai décidé de passer chez l'ennemi. Pour des raisons toutes pécuniaires je me suis dit que j'allais m'acheter un PC.

Ça ne s'est pas très bien passé.

Premier obstacle : le choix

Chez Apple, c'est simple. Plus c'est cher, plus c'est puissant. Derrière cette philosophie dégueulasse décrétant en gros que "la puissance c'est pour les riches" se cache finalement une simplicité déconcertante et finalement assez logique. Après tout nous vivons dans une économie de marché, un plus haut niveau de service réclamant un prix plus élevé. Bon. On a le monde qu'on mérite. (Deux secondes, je vais pleurer et je reviens.)

Le PC, ça marche pas du tout comme ça. Pour choisir il faut savoir précisément ce que vous allez faire avec. Anticiper vos besoins de dans les prochaines années. Analyser la puissance nécessaire à vos applications.

Ensuite il faut choisir votre type de machine. PC familial pour internet, la bureautique et les trucs courants mais pas gourmands. Station de travail pour... le travail, les applications professionnelles de pointe, la vidéo, la 3D, les trucs qui rigolent pas. Notebook pour Candy Crush Saga (et c'est à peu près tout). PC "de gamer" pour jouer. Si vous vous trompez à cette étape, c'est foutu.

Ensuite il faut choisir ce qu'il y aura dedans. Mais genre, TOUT, depuis le processeur jusqu'à la matière de la coque en passant par les vis de fixation. Il vous faudra tout comparer, point par point, entre les références fournisseurs absconses qui n'évoquent rien, pour qui l'idée de standardisation est pire que la zoo-pédo-nécrophilie incestueuse. Vous ne pouvez même pas vous appuyer sur cette bonne vieille méthode du plus grand nombre, une carte Mon-Q 850X n'étant pas forcément meilleure qu'une Mécouy 630M.

Bref je vous passerai les multiples pétages de plomb que ces sessions hautement pas intéressantes ont occasionnés.

Du coup j'ai choisi un PC de gamer, parce que je joue beaucoup.

Celui-ci était fourni sans système d'exploitation, afin de permettre à tout le monde de mettre Windows dessus. Parce que Linux, à part se la péter dans les soirées bobo-hipster, ça sert pas à grand-chose, surtout sur un PC de gamer.

Installer Linux sur son ordi c'est un peu comme épouser un ours polaire. Il est beau, il est puissant et vous en êtes bien content, sauf que rien chez vous n'est adapté pour lui et que finalement vous ne pouvez rien faire avec.

Deuxième obstacle : l'ouverture du bouzin

Après moultes péripéties n'ayant rien à voir avec le sujet d'aujourd'hui, je reçois le colis. La boîte est tellement classe que je me demande si elle ne vaut pas plus cher que ce qu'il y a dedans. État des lieux. Un ordi, un câble d'alim. Jusque-là tout va bien.

Dans une petite boîte en carton il y a les merdes habituelles. Un guide de démarrage rapide totalement inutile qui ne fait que dire où sont le bouton de mise sous tension et les hauts-parleurs en 49 langues. Deux CD sur lesquels sont indiqués "Gaming applications" et "User manual". Je fais le tour de l'ordinateur.

Pas de lecteur CD. J'ai encore rien allumé et on me prend déjà pour un con.

Je branche, j'allume, je tombe sur le BIOS, ce truc qui sert à vérifier l'heure qu'il est sur un écran qui pique les yeux. J'éteins tout en me mordant le poing pour éviter de le passer à travers l'écran.

Troisième obstacle : l'installation

Comme je l'ai dit, j'ai acheté Windows. J'ai donc un super DVD qui me fera un beau sous-bock. En fait pour utiliser cet ordinateur, il faut un autre ordinateur, relié à internet. Ce raisonnement est tellement stupide qu'il ne me surprend même plus, j'en viens à trouver ça presque normal. C'est dire si c'est triste.

On me demande de choisir entre 32 et 64 bits. Bon on parle de bits, là, donc j'imagine que plus c'est gros, mieux c'est. Il semblerait que ce soit effectivement une question de gros bits, parce que d'après ce que j'ai vu en fait ça change rien. Sauf que si on en a choisi un, après c'est mort on peut plus changer. Jamais.

Enfin, téléchargement, mise sur clé USB, transvasement, allumage, croisage de doigts, miracle, conversion à une religion déterminée aléatoirement avec un dé à 12 faces, mangeage de Bolino.

Tout semble fonctionner, une fenêtre s'affiche avec des trucs à choisir (des partitions de disques a priori), mais il y a plusieurs langues, y'en a des bouts en français et d'autres en chinois. Je choisis le français parce que merde.

L'installation se passe, petite présentation alakon du nouveau Windows qui te montre bien les trucs dont tu te serviras jamais. Je commence à transférer mes données depuis mon disque de sauvegarde, et là...

Disque plein.

Après examen, mon disque dur faisait la taille absolument ébouriffante de 64 MO!!!

J'avoue, à ce moment, j'ai ri. Comme ça, le petit rire dément qui vous fait vous trémousser sur votre chaise, avec votre visage qui ne rigole que d'un côté. Ensuite, j'ai fait ce qui aurait été inconcevable il y a quelques années encore (mais c'est grâce à mon stage chez les boudi boudhd bouhddi moines...).

J'ai respiré un grand coup, j'ai calmement refermé l'ordinateur, je l'ai rangé, je suis allé me préparer un mug de café bien chaud.

Que j'ai violemment balancé sur un gamin qui passait sous ma fenêtre à ce moment précis.

La fin

Bon je vous passe la suite, en fait dans la fenêtre sus-citée il fallait choisir les trucs français ET chinois, c'était pour savoir ce qu'il fallait formater. Parce que quand j'achète un ordi tout neuf, il est bien évidemment logique de devoir formater ce qu'il y a dessus. Ben oui, vu qu'il est neuf. Non? Bon.

S'en sont suivies tout un tas de rocambolesques aventures de moi à la découverte du monde merveilleux du PC, où tout doit être compliqué pour que les gens qui savent s'en servir puisse passer pour plus intelligents qu'ils ne sont en réalité.

Bref, je vais aller ouvrir un plan d'épargne pour me payer un nouveau Mac quand mon PC sera obsolète dans... et merde, trop tard.

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir
Répondre
E
Très drôle. Je dois en acheter un. mais moi, je vais chez Carrefour, je m'embête pas...
Quoique.
Là, va falloir : je veux pouvoir bosser un peu de son et d'image.
Répondre