Extension du domaine de la manipulation

Publié le par Aigri-man

Extension.gifExceptionnellement voici une petite critique d'un livre pas drôle. Enfin si, il est un peu rigolo, pour peu qu'on ait un peu de recul et qu'on soit capable de suffisamment d'abnégation pour se foutre de notre propre tronche. Après avoir terminé cet ouvrage, on se rend compte que le plus con n'est pas celui que l'on croit (mais c'est serré quand même).

Alors de quoi est-ce que ça parle-t-il? De management, entre autre.

Non mais revenez, voyons, laissez-moi finir! De toute façon j'ai bloqué les portes avec des parts de diplomate (le gâteau, pas le branleur qui sert à rien à part bouffer et picoler gratos dans les soirées de l'ambassadeur, qui sont réputées pour le bon goût du maître de maison mais je m'égare).

En fait ça n'est pas un cours de management moderne, mais une analyse du mangement moderne, vous saisissez la différence? Mais si voyons relisez, j'ai changé un mot, ça ne veut pas dire la même chose du tout, pfff, vous n'êtes pas très attentifs... Avec une approche plus philosophique que froidement pragmatique, ce qui...

Ah les cochons ils ont sacrifié un des leurs en le gavant de diplomate, le pauvre est mort étouffé... N'allez pas plus loin malheureux je ne vous ai pas encore parlé des fosses à purin... trop tard.

Bon pour ceux qui sont restés donc, ce livre s'attache à définir les termes canons du management moderne et à les démonter, un par un. Je ne vais pas vous faire une revue de détail, vous n'avez qu'à lire, merde, mais un petit exemple ne fait jamais de mal.

Par exemple aujourd'hui on vous motive à faire votre boulot comme un bon con, en vous appâtant à grands coups de "nouvelles responsabilités", de "prime sur résultat" et en vous vendant de l'autonomie. Et bien tel le Phoenix Wright de l'entretien individuel vous pouvez vous lever en pointant votre chef du doigt et en criant :

"Quenelle!"

Eh oui car si vous réfléchissez deux minutes vous vous rendrez bien compte qu'en fait la seule chose qui change quand vous obtenez ces précieuses récompenses c'est vos responsabilités (qui augmentent, pour ceux qui ne suivent pas). Il n'en est évidemment pas de même de vos moyens. Donc vous devez faire plus avec moins, en sachant que si vous merdez, c'est tout pour votre pomme. Et tout ça sans lubrification.

Autre aspect pervers du système : la frontière entre épanouissement personnel et développement d'entreprise tend à s'effacer. On nous fait croire que le bonheur c'est d'avoir de l'avoir plein nos... mais qu'est-ce que tu fous là Alain Souchon? que le meilleur moyen de nous épanouir est de participer à la prospérité de notre entreprise, tout cela de manière subtile et insidieuse. Et bien sûr, avec notre consentement total, car on ne le dira jamais assez : nous sommes des cons. Enfin pas moi, hein, qu'on se comprenne bien.

Bref lisez ce livre c'est une tuerie et surtout c'est très abordable, même moi j'ai tout compris (c'est dire). En plus vous aurez l'air intelligent dans le métro, ce qui en soit est un argument indiscutable.

En plus, si ça ne vous évitera pas de vous faire entuber, au moins après ça vous le sentirez venir!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article