Interlude lexical : la quenelle

Publié le par Aigri-man

(Cet article a été défini initialement le 17 octobre 2010. Oui ça fait pas longtemps. Oui on arrive bientôt à du nouveau)

Avant de pousser plus avant le rocambolesque récit de mes péripéties en sol irlandais j’aimerais faire une petite parenthèse afin de vous parler d’un terme que vous allez croiser à de nombreuses reprises dans les textes qui vont suivre et dont je ne voudrais pas que le sens vous échappe (il faut dire qu’il est particulièrement équivoque). Je veux bien sûr parler de la quenelle. Je dis bien sûr parce que si vous êtes malin vous avez lu le titre de ce post ; si ce n’est pas le cas désolé mais vous  êtes con. Eh oui c’est complètement injuste et arbitraire mais je fais ce que je veux.

Revenons-en donc à la quenelle. Ne vous fiez pas à son fort potentiel rigolo, intrinsèque à une orthographe improbable couplée à une sonorité insolite : la quenelle n’est pas votre amie.

Explications :

La quenelle est une spécialité culinaire lyonnaise.

Elle se compose obligatoirement de semoule de blé dur ou de farine, de beurre, d’œufs, de lait et/ou d’eau et d’assaisonnements.

On prépare d'abord la pâte à quenelle, appelée panade avec la farine ou la semoule et l’eau ou le lait. La panade est chauffée pour être desséchée, puis éventuellement refroidie. Avant d'être consommées, les quenelles sont préparées en sauce à la tomate, aux écrevisses ou béchamel (préparée avec une sauce aux écrevisses, aux carottes, au céleri, et au cognac, elles sont dites quenelles sauce Nantua). Elles sont souvent gratinées. Les quenelles doublent de volume lors de leur préparation.

Le texte parfaitement chiant ci-dessus est extrait de Wikipedia, qui est le premier lien sur lequel on tombe quand on tape « quenelle » dans Google (oui, je donne des noms, je suis comme ça moi, je balance).

Rien de bien méchant, me direz-vous… Et c’est bien là que vous vous trompez, puisque ce sens universellement reconnu est en réalité un trompe-l’œil, une façade grossière qui ne résiste pas longtemps au regard perçant de l’initié. Non, en vérité je vous le dis : la quenelle a une signification bien plus vile. Et quoi de mieux que quelques exemples pour l’illustrer ?

Vous marchez dans la rue, à la recherche d’un endroit où déjeuner. Un écriteau à l’entrée d’une brasserie vous vante les mérites de la « Formule à 12 euros » comprenant une entrée et un plat. Alléché par ce menu, vous entrez et passez commande. Au moment de payer vous vous apercevez que pour tout ce que vous avez choisi, il y avait un supplément (signalé par un microscopique astérisque que vous aviez pris pour une crotte de mouche). On vous facture également l’eau et le pain ; au final vous payez 16 euros. Quenelle.

Vous vous rendez à un concert gratuit. A l’entrée, on vous dit de passer au vestiaire. « Mais je veux garder ma veste ! » vous récriez-vous, sachant déjà pertinemment comment tout cela va finir. Et bien c’est pas possible, vous êtes OBLIGE de passer au vestiaire. Et c’est 5 euros. Quenelle.

Après le concert vous avez faim. Refroidi par les deux quenelles précédentes vous cherchez un petit restau sympa en vous jurant qu’on ne vous y reprendra plus, non mais sans blague. Et là PAN : autre écriteau, autre « Formule à 12 euros ». Flairant l’arnaque mais n’ayant pas trop le temps, vous vous dites que les plats de base sans supplément vous suffiront. Epluchant scrupuleusement la carte, lisant le moindre texte, chassant l’astérisque (ah non, ça c’était une crotte de mouche), vous commandez, rassuré quant à la bonne foi de cet aimable et sympathique restaurateur. Au moment de payer il regarde votre carte de crédit d’un air (faussement) désolé en disant « Ah on ne prend pas la carte en-dessous de 15 euros ! ». Il va sans dire que ce gros dégueulasse de mauvaise foi qui viole sans doute des animaux morts dans son arrière-boutique quand il n’a pas de clients ne prend pas les chèques. Il va également sans dire que vous avez lâché vos derniers restes de liquide à la brasserie de l’autre escroc syphilitique qui sert de la viande humaine et au vestiaire du proxénète d’enfants aveugles. Finalement vous payez vos 15 euros par carte et rentrez chez vous dégoûté du genre humain.

Quenelle.

Quenelle.

Et encore quenelle.

Voici donc la vraie nature de ce terme à l’acception si méconnue. En espérant vous avoir ouvert les yeux, je peux maintenant reprendre le cours de mon récit, riche en rebondissements et en quenelles en tous genres.

EDIT : On me fait remarquer dans mon oreillette que le terme "quenelle" ainsi utilisé provient de Dieudonné, ce que j'ignorais. Dieudonné si tu me lis je ne voulais pas m'approprier ta création, donc comme on dit sur les forums : patapay!

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y

Même si on peut comprendre implicitement, les non initiés peut être pas (on l'utilise tellement que le sens nous paraît évident), tu oublies de mettre en exergue l'effet suppositoire de la
quenelle.

bisoubye


Répondre
A


Oui c'est vrai mais je suis pour l'apprentissage par l'expérience... et c'est toujours plus efficace quand on est surpris.