L'hôpital, un endroit qu'il est bien

Publié le par Aigri-man

Il est des endroits qui vous marquent à vie, qui vous changent, auxquels on repense après plusieurs années avec la même émotion que celle que l'on ressentit jadis lors de leur découverte, et qui font invariablement monter un rictus à nos lèvres alors que les souvenirs toujours vivaces refont surface, parfois de manière inattendue.

Moi c'est l'hôpital, ou l'hosto pour les intimes. Il a bien laissé sa marque sur moi, en l'occurence une belle cicatrice sur le bide pour la plus visible, et de violents vertiges dès que j'entre dans une de ces chambres à la peinture défraîchie et à l'invariable odeur d'urine qui s'en dégage pour la plus insidieuse. Oui, une fois n'est pas coutume, nous allons tirer sur l'ambulance, parce que reconnaissons-le, ce haut-lieu de la médecine où des dizaines de vies sont sauvées chaque jour peut également se révéler être un beau repaire de connards. Enfin bon, ne généralisons pas.

MAIS BIEN SÛR QU'ON VA GÉNÉRALISER, MOUAHAHA, JE SUIS AIGRI-MAN, PAS COMPRÉHENSIF-MAN!

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... se reposer!

C'est clair, on passe ses journées au pieu. Enfin il est bon de préciser en fait : on passe ses journées allongé (mais pas complètement, faudrait quand même pas qu'on puisse se mettre dans une position confortable pour dormir). D'ailleurs on dort jamais plus de deux heures d'affilée, car tout est calculé pour : piqûres, consultations, repas, heures de visites, tout est mis en oeuvre pour vous faire chier et que vous soyez systématiquement réveillé régulièrement.

Saluons d'ailleurs l'abnégation de tous ces aides-soignant(e)s, qui prennent sur eux pour s'interpeler en criant d'un bout du couloir à l'autre au mépris total de la bien connue consigne "Silence! Hôpital" qui ne semble finalement exister que pour pourrir la vie des patients uniquement.

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... se faire une bonne bouffe!

Bon là tout est dans le titre. Entre le café aromatisé à la semence de dromadaire et le potage de légume consistant en trois rondelles de courgette se baladant au fond d'un bol d'eau chaude (même pas salée), on ne peut pas dire que ce soit un haut-lieu de la gastronomie française. Si vous recherchez le velours de l'estomac, passez votre chemin, vous êtes plutôt au royaume de la toile emeri bi-latérale, efficace à l'aller comme au retour.

Performance à signaler tout de même : bien que ce soit dégueulasse et que du coup vous ne mangez rien, vous ne maigrirez quand même pas. C'est presque de la magie.

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... se faire des amis!

Vous me direz, il y a peu de chances que vous soyez là pour ça. Mais soyons honnête, le peu de rencontres que vous ferez ici tiendront plus d'un épisode de Walking Dead que d'Urgences. Déjà les patients sont souvent vieux, et donc uniquement concentrés sur eux-mêmes et leurs petits problèmes. Vous saurez vite tout de leur vie (même ce que vous ne vouliez surtout pas savoir - d'ailleurs vous ne vouliez rien savoir), et autant vous accrocher, parce que ce ne sera pas intéressant. Les autres soit ont trop mal pour parler, soit sont au milieu de leurs deux heures de sommeil, soit ne sont tout simplement pas dignes de vous adresser la parole (cumulatif).

Quant aux infirmières, médecins et autres, vous n'existez pas à leur yeux, d'ailleurs ils parlent de vous à la troisième personne, même quand ils vous posent une question. "Alors, il a été à la selle?". Nan mais qu'est-ce que c'est que cette question???

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... soigner son amour-propre!

Parce qu'en plus de se sentir mal du fait de ce qui nous amène dans cet endroit merdique, on prend bien soin de nous rabaisser au maximum. Le coup de la troisième personne cité plus haut à aussi sa place ici. Les blouses ridicules avec fesses apparentes, prétendumment "pratiques" (j'ai beau chercher je vois pas trop), la promiscuité dans les chambres doubles, sans même un rideau pour séparer les lits, l'absence d'intimité, l'insensibilité générale de l'encadrement, la rigidité abrutie de tout ce qui a trait à l'administratif, l'absence de douches, et de communication en général entre les équipes successives font que vous allez vite vous sentir comme une vraie merde.

Ca tombe bien, c'est exactement comme ça que vous êtes perçu ici.

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... guérir!

Enfin ça, c'est si vous survivez aux mauvais diagnostics, aux erreurs de médication, aux "complications" suite aux opérations, aux bactéries dégueulasses qui pullulent partout, aux germes qui se développent dans tous les coins (vous ne croyez quand même pas que c'est lavé tous les jours? Que le petit vieux du lit d'à côté fasse systématiquement sous lui ou directement sur le sol n'est pas vraiment une entrave à l'hygiène, voyons). A part ça c'est plutôt sain comme endroit.

Finalement le seul truc bien avec l'hôpital, c'est quand on en part.

L'hôpital, un endroit qu'il est bien pour... ri!

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

snoring solutions 28/02/2014 08:06

Everybody has many memories; both good and bad, associated with hospitals. It was such nice feeling to go through your experiences. I have made many friends when I was admitted in hospital due to H1N1 fever!