Oh, un blog!

Publié le par Aigri-man

(cet article a été initialement découvert le 11 janvier 2010, mais vous pouvez le relire en cas de retard de publication futur)

Il y a des jours, comme ça, où brutalement un souvenir remonte d'on ne sait où et vous éclate à la tronche comme une bulle de chewing gum Haribal parfumé à la fraise. On est alors en droit de se demander : "Mais où donc que t'étais donc, souvenir? Je t'ai cherché partout!!!". C'est vrai, quoi, y a-t-il quelque part dans l'univers une grande salle d'attente où les souvenirs font la queue, tenant fermement dans leur petite main (les souvenirs n'ont qu'une main, c'est bien connu) leur ticket numéroté, jetant toutes les trente secondes un oeil anxieux au tableau d'affichage de peur de laisser passer leur tour (moi ça m'est déjà arrivé, et bien je peux vous dire que maintenant je fais gaffe)?

(Soyez vigilants, la transition ne va pas tarder.)

Et au moment béni où leur numéro apparaît enfin, équivalent céleste d'un signal de départ vers la liberté, s'élancent-ils gracieusement vers l'éther sous l'oeil envieux (les souvenirs n'ont qu'un oeil, c'est bien connu) de leurs petits camarades souvenirs, traversant à la seule force de leur nageoire (les souvenirs ont une nageoire, c'est bien connu) les espaces insondables de notre univers intérieur, franchissant sans peur les abîmes inavouables de notre psyché profonde?

(Encore un peu de patience...)

De quels obstacles doivent-ils triompher pour parvenir enfin, tels des nouveaux-nés mentaux (ou peut-être devrais-je dire "nés-à-nouveau") à crever la fine couche de placenta mémoriel qui les celait à notre esprit? Hein? Hein?

(Ca y est là voilà!)

Je n'ai pas la réponse à toutes ces questions (je sais vous êtes déçus, mais si je savais tout je ne m'appelerais pas Aigri-man - quoique...). Par contre je me suis rappelé brutalement comme ça, là *mime un truc qui arrive brutalement*, que j'avais... UN BLOG (OMG WTF /(o)/!!!)

Je vais donc me livrer devant vos yeux ébahis à un petit tour de magie. Attention ça va aller très vite.

Distorsion spatio-temporelle!!!

Et hop, en fait je n'ai jamais arrêté de publier, n'essayez pas de régler l'image, nous contrôlons les verticales, les horizontales et les diagonales (comme au morpion).

Ca vous épate, hein? Non mais vous pouvez le dire, n'ayez pas honte, c'est bien normal après tout (j'en ferai autant à votre place).

...

Bon ben sur ce, bonne année, aigreur, déprime et paranoïa à tous. Pour fêter ce retour à la vie numérique, entonnons tous ensemble le refrain de l'hymne japonais :

[Samouraï Pizza Cats]

Dans le quartier c'est le resto le plus branché.

[Samouraï Pizza Cats]

Tenu par trois beaux chats, mais pas des chats bottés.

Pas loin des chats huants ce sont des chats volants.

Quand les corbeaux guerriers envahissent le quartier,

Quand le dragon brûlant fait peur aux commerçants,

Dans une fumée noire comme si la nuit tombait

On fait appel à qui pour combattre les méchants ?

On fait appel à qui pour sauver les enfants ?

[Aux Samouraï Pizza Cats]

A eux trois ils sont plus forts que tous les robots mécaniques !

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article