Petites mises au point

Publié le par Aigri-man

Bon, comme ce gros feignant d'Aigri-man ne semble pas capable de prendre dix minutes pour pondre un post (c'est le temps moyen qu'il lui faut), genre parce que c'est les vacances tout ça, c'est moi qui m'y colle.

 

Moi? Je suis son chat. Attention je précise : dans le langage courant, "chat" signifie "maître", ce que vous les humains avez un peu tendance à oublier.

 

Et il n'y a pas que ça que vous oubliez justement, d'où l'objet de ce petit texte en forme de manifeste, afin de remettre les choses à leur place une bonne fois pour toutes.

 

Première chose et pas des moindres : vous habitez chez nous. C'est pour une raison purement pratique en fait : on préfère avoir nos serviteurs sous la main à tout moment, au cas où on aurait besoin que vous nous ouvriez une porte, que vous nous donniez à manger ou que vous nous fassiez un câlin. Nous les chats, nous sommes pragmatiques. Du coup malgré la gêne que cela peut occasionner on vous tolère dans nos palais. Que vous avez construits vous-mêmes d'ailleurs (ou un de vos congénères), nous on ne peut pas, le travail c'est sale. Alors ne venez pas vous plaindre à chaque fois qu'on miaule devant une porte, z'aviez qu'à y coller une chattière.

 

Ce qui m'amène - comme toujours - là où je voulais en venir : c'est chez nous alors si on a envie de se faire les griffes sur le canapé ou le papier peint, si on a envie de dévider entièrement le rouleau de papier toilette tout neuf ou tout simplement dormir sur le cahier dans lequel vous êtes en train d'écrire, ben on peut. C'est pas moi qui ai créé les règles, hein, c'est la nature.

 

Deuxième chose : en tant que maîtres nous devons avoir votre pleine attention. Tout le temps. C'est pour ça qu'on vient toujours se poser devant la télévision pendant que vous la regardez. Un petit rappel de qui vous devez vous occuper. Attention, ça ne veut pas dire que vous devez être en permanence sur notre dos, il y a des moments où nous ne sommes tout simplement pas d'humeur à être adorés. Mais vous devez être attentifs à nos désirs du moment, et c'est impossible si vous vous concentrez sur les programmes navrants diffusés dans votre boîte-à-neuneu (en même temps c'est à votre niveau, hein, si vous regardiez pas ce serait pas diffusé...).

 

Ceci soulève d'ailleurs un fait important : nous sommes mignons. On le sait, mais on ne le fait pas exprès, c'est une sorte de don, mais aussi de malédiction. Or vous semblez persuadés que ça nous fait plaisir de nous faire tripoter à tout moment, quand on se lave, quand on dort, quand on joue. Vous nous prenez dans vos bras, vous nous parlez comme à des demeurés en nous faisant des papouilles, bêrk. Heureusement on a trouvé la parade : le ronronnement. On a réussi à vous convaincre que c'était un bruit de contentement, ce n'est pourtant que la manifestation de notre lassitude. Quand on ronronne, c'est qu'on est blasés (si vous regardiez nos tronches à ce moment-là vous vous en seriez déjà rendu compte depuis longtemps). Mais bon ça semble vous faire plaisir et ça abrège vos caresses, c'est donc le mieux qu'on ait trouvé pour l'instant. Vous inquiétez pas, quand on veut un câlinou on vient vous demander, on sait le faire. Mais c'est nous qui décidons.

 

Allez c'est pas le tout mais y'a Aigri-man qui rentre des courses avec mes nouvelles croquettes, j'espère qu'il m'en a pas pris des au foie comme la dernière fois parce que c'était bien dégueu. Tschüss.

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

Ben si, c'est des au foie petit canaillou.


Répondre