Prosélytisme rôlistique

Publié le par Aigri-man

Ça a déjà sans doute un peu transparu dans mes articles, de-ci de-là, par intermittence, mais je suis un rôliste. Ne voyez pas ça comme une confession, mais plutôt comme une revendication.

Non je déconne en fait j'ai trop honte, car comme chacun le sait le jeu de rôle c'est se dégusier en soubrette et procéder à des rites sataniques dans les cimetières sur la tombe de Jim Morrison, tout en fumant de la drogue et en mettant des pilules dans des bières pour abuser sexuellement de jeunes animaux morts. Merci Mireille Dumas pour cette brillante analyse (oui, le rôliste à la rancune tenace, tapez "Mireille Dumas jeu de rôle" dans Goût-Gueule si vous ne voyez pas de quoi je parle).

Mais nan les gars, le jeu de rôle c'est pas ça, hein. Le problème c'est que c'est quand même assez difficile à expliquer dans l'absolu.

Alors là vous vous attendez à ce que je vous explique ce que c'est précisément, avec des termes simples et imagés qui feront que vous allez tout comprendre, comme ça direct.

Bah non.

Je vais juste casser un gros mythe, parce que quand je dis que je fais du jeu de rôle, tout le monde me demande "Tu te déguises?" (avec le petit sourire entendu qui va bien). Déjà ça m'énerve, l'incurie n'excuse pas tout. Pour ceux qui ont la faculté de déduction d'un verre de Ricard sale dans l'évier d'un PMU sordide (comme tous les PMU), NON je ne me déguise pas.

En toute objectivité, le jeu de rôle est un loisir cool. C'est une activité sociale et créative. Et surtout c'est super marrant. Du coup on a envie de le faire découvrir aux autres. Mais quand on propose à quelqu'un une petite partie d'initiation, on reçoit très souvent le même genre de réponse.

Finalement le jeu de rôle, c'est comme un don à une association caritative, tout le monde a une bonne raison de pas en faire.

Et bien plus jamais ça, et pour que plus jamais ça je m'en vais vous démonter vos excuses pourraves comme Chuck Norris démonte un immeuble de quarante-sept étages : à grands coups de tatane dans la gueule. Non mais.

Excuse pourrave numéro 1 : "J'y connais rien"

Celle-là c'est ma préférée, la plus facile. Bien sûr que vous n'y connaissez rien, sombre tache. C'est comme dire à votre premier cours de dessin "Je ne sais pas dessiner", c'est très hautement con, si vous saviez dessiner vous ne prendriez pas de cours de dessin. Dites plutôt "J'ai pas envie", c'est peut-être un peu brutal mais au moins ce sera honnête. Si vous n'êtes pas contre un petit surcroît d'honnêteté, vous pouvez ajouter "en plus ça a vraiment l'air trop nul ton jeu", voire même, soyons fous, "et si c'est pour me taper ta gueule de pet et ton haleine de poney mort toute une soirée je préfère rouler une pelle au cul d'un sconse."

Un petit conseil quand même : allez-y mollo sur l'honnêteté si vous voulez garder vos amis.

Excuse pourrave numéro 2 : "J'ai pas d'imagination"

C'est totalement faux. L'imagination est un muscle, et les muscles ça se travaille. Mais non ne retenez pas ça, c'est une grosse connerie. Par contre tout le monde a de l'imagination. D'ailleurs inconsciemment, tel le Monsieur Jourdain du ludisme rôlistique, vous faites certainement du jeu de rôle sans le savoir.

Par exemple : ce soir, c'est la super-giga-cagnotte de l'Euro-Quenelle, avec quatre-vingt milliards d'euros à la clé. Vous avez acheté votre ticket (gagnant comme il se doit) et en attendant le tirage vous faites des projets sur ce que vous allez faire de votre argent. En gros vous vous dites "Si j'étais riche, je ferais...". Pan, c'est du jeu de rôle. Un peu simpliste sans doute, mais vous vous mettez dans la peau d'une personne que vous n'êtes pas (quelqu'un de riche) et vous imaginez ses réactions face à une situation donnée. C'est biaisé vu que vous êtes tout seul et que du coup vous choisissez la mise en situation et sa résolution, mais la base est là. Trop fort, non?

Autre exemple : vous marchez dans la rue et vous voyez quelqu'un penché en avant pour ramasser un truc par terre. Normalement vous vous dites un truc du genre "Si j'étais une pute/un salaud/un connard/un gros balèze je lui mettrai bien un coup de pied au cul." Voir ci-dessus, bis repetita.

Ça marche aussi au bar où cette superbe nana (ou ce mec trop canon) sur laquelle vous bavez honteusement vous ignore totalement, où vous vous dites "Si j'étais beau/courageux/spirituel j'irais l'aborder.". Bon on va pas tous les faire, hein vous avez compris (c'est pas une question), sinon tant pis vous êtes trop con pour faire du jeu de rôle. Non je déconne, c'est que vous êtes trop con. Tout court.

Bien sûr dans tous les cas vous savez que vous n'êtes pas riche/beau/courageux, etc. (pour le connard je préfère ne pas me prononcer, on ne sait jamais), ces petites divagations ne trompent personne et n'engagent à rien, n'empêche que le jeu de rôle n'est pas beaucoup plus compliqué que ça. Normalement.

Mais bon ça dépend pas mal du gars qui gère la partie, tout le monde n'a pas la chance d'avoir mon didactisme et mon sens de la formule. On peut se faire embrouiller la tête en essayant d'apprendre à jouer à la Bonne Paye si on tombe sur un gros mauvais, ça vient pas du jeu, ça.

Excuse pourrave numéro 3 : "C'est trop compliqué"

Si je voulais faire une réponse facile je dirais "C'est vous qui êtes trop simple". Mais bon c'est sérieux, là.

Le jeu de rôle c'est comme le cinéma. Vous pouvez regarder The Fountain. Et vous pouvez regarder Mega Shark versus Giant Octopus. Les deux sont des films, sauf qu'un seul vous donnera la migraine (le deuxième bien sûr). Les jeux de rôle c'est pareil, il en existe plein. Des biens, des merdiques, des simples et des compliqués.

Encore une fois cela dépend de la personne qui vous fait la démonstration. Il est facile de noyer le novice sous une tonne de données, d'information, de concepts. La plupart du temps ça sert à rien en plus, c'est juste un procédé grossier pour paraître intelligent. En vrai c'est pas compliqué. Votre ordinateur, vous savez le programmer en langage assembleur? Vous connaissez la liste complète de ses composants? Ça vous empêche pas de vous en servir pour aller sur des sites pornos, petit canaillou. Ben là pareil, si vous voulez rentrer dans le détail vous pouvez, mais c'est pas obligé.

Ah là là, la nature est quand même bien faite, hein? Heureusement qu'on a inventé la pollution sinon on se ferait bien chier.

Excuse pourrave numéro 4 : "J'aime pas le médiéval-fantastique" (traduction de "truc du Moyen Âge avec des monstres")

Même si une grande partie des jeux se déroulent dans un univers médiéval-fantastique (avec un grand éventail de variations possibles), ce n'est pas une fatalité. Il y a du contemporain fantastique ou non, du futuriste, du complètement barré qui ne ressemble à rien de connu, de l'historique très réaliste... bref pour tous les goûts, même les plus bizarres. Il y a un jeu de rôle Mon Petit Poney, La Petite Maison dans la prairie, et sans doute un pour votre série préférée.

Si vous savez ce que vous aimez, vous pourrez trouver de quoi jouer. C'est une garantie (si vous ne trouvez pas je vous rembourse intégralement).

Bref voilà. Tout ça pour dire que la prochaine fois qu'on vous propose de vous montrer ce que c'est que le jeu de rôle, dites oui. Au moins une fois, pour essayer. Vous ne le regretterez pas.

Sauf si c'est un gros binoclard au cheveux gras et à l'air vicelard qui passe son temps à se lécher les lèvres, lui a sans doute une idée bien dégueulasse derrière la tête. Mais accordez-lui le bénéfice du doute, ne lui videz que la moitié de votre bombe au poivre dans la gueule.

Ça lui fera pas de mal au teint, à ce gland.

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Silphael 24/01/2013 13:02

Je me disais un truc... Il en manque une, d'excuse bidon : la "C'est pas un peu enfantin" et son sourire en coin qui va bien...

Aigri-man 12/03/2013 16:33



Ah oui, c'est vrai! Mais c'est normal dans "jeu de rôle" il y a "jeu". Or un adulte responsable ça ne joue pas, ça travaille. Tout contrevenant se doit d'être traité avec condescendance... ;D